Les derniers sacrifices de 14/18 - Pujol Jean - (4/4)

En cette année du centenaire de la fin de la grande guerre, 
je voulais ici rendre hommage à tous ces enfants de Saissac 
qui ont donné leur vie pour leur Patrie,
la France.
 
Et particulièrement aux quatre derniers d’entre eux
qui sont tombés à l'aube de l'armistice en 1918 
 
ARIBAUD Pierre Joseph
ANCENAY Léon Alexandre Emile
CHATELET Jean Baptiste Gaston
et le dernier
PUJOL Jean Célestin Sylvain


Scan0003

En ce 05 Septembre 1918,
il y a cent ans,
décédait à 
Laffaux
(Aisne)

PUJOL
 Jean Célestin Sylvain

Né le 19 Mai 1895 à Arfons,
il est incorporé le 18 Décembre 1914
au 40e RI.
Affecté au 141e RI sur le front
le 14 Février 1916,
il est tué au combat avec le grade de Caporal.

Il était l'oncle de Jean et Marinette Pujol
aujourd'hui tous les deux décédés.


Archives j160278rCapture plein ecran 07032018 121419Capture plein ecran 21022018 135157Dscf7636Monument

 

Le 5 Septembre 1918 à Laffaux


141e  REGIMENT D’INFANTERIE - HISTORIQUE PENDANT LA GUERRE 1914-1918 

OFFENSIVE DU 3 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE (ARMEE MANGIN)


Le 22 août, la division est relevée. Le 28, le régiment embarqué en camions automobiles arrive dans la région de Villemontoire- Parcy- et-Tigny. Il est mis à la disposition du 20e  C.A. en vue d’une attaque générale en direction du fort de la Malmaison. Mais la progression du C.A. de gauche n’ayant pu se faire suivant le plan prévu, la division n’attaque pas et reste sur ses positions. 
Le 1er septembre 1918, la division est mise à la disposition du 1er C.A.. Le régiment quitte le jour même la région d’Ecuiry (Aisne) et va cantonner dans la région de TartiersVilliers la Fosse. Le 3 septembre, le régiment est à proximité de la route nationale Soissons-Béthune, près de Torny-Sorny, sur des positions conquises le 2 par la 59e  division. Les 1er et 2e  bataillons sont en ligne, le 3e  bataillon est en réserve dans le ravin de Leury. Devant eux, se profile, plat et nu, le plateau crayeux qui s’étend de Torny à Clamecy, puis s’affaisse doucement à l’est, vers la dépression de Margival et d’où l’on découvre le pays à 20 kilomètres à la ronde. Au-delà, sont les villages de Margival, de Vuillery, puis la puissante croupe de Laffaux avec le village du même nom, puis les champs et bois qui conduisent à l’Ailette. L’ennemi attend l’attaque, mais qu’importe ! 
Le 3 septembre, à 9 heures, le 2e  bataillon (commandant COQUET) pousse ses premiers éléments sur la route de Soissons-Béthune. A 16 heures, le 1er bataillon (bataillon GABRIEL), soutenu par une section de chars d’assaut, s’élance crânement à l’attaque du chemin creux situé à l’est de la cote 172, qui court parallèlement à la grande route de Soissons. C’est un nid de mitrailleuses qui se prête admirablement à la défense. Malgré les feux de mitrailleuses qui ballaient les plateaux, malgré le barrage d’artillerie, il réussit d’un  seul élan à atteindre l’objectif, à s’y installer et à briser une violente contre-attaque ennemie. Il capture, au cours de cette attaque, 17 mitrailleuses. Mais ses pertes sont sévères : 22 tués dont un officier, le sous-lieutenant CAMPANA, frappé à mort à la tête de sa section, 80 blessés dont trois officiers. Pendant ce temps, le 2e  bataillon s’est heurté à un barrage infranchissable de mitrailleuses. Il avait devant lui la partie la plus profonde et la mieux armée du chemin creux, les creutes  organisées au nord de Clamecy les nids de mitrailleuse qui défendaient en avant les abords du village. Il n’avait aucun char d’assaut. Réduit à ses propres forces, il les multiplia en efforts constants. Ses tentatives répétées qui lui coûtent 4 tués et 23 blessés, demeurent infructueuses. 
Mais le lendemain, à 4 heures 30, après une bonne préparation d’artillerie il parvient d’un seul élan au chemin creux et s’y fortifie. A 16 heures, l’offensive est reprise. Pied à pied, le terrain est âprement disputé. La progression est difficile et meurtrière. Les allemands se montrent actifs. Ils déroulent sans trêve leurs bandes de mitrailleuses et  lancent des escadrilles d’avions qui bombardent les vagues d’assaut. Malgré tout, les deux bataillons atteignent à 16 heures la lisière ouest du bois de Torny. La zone de résistance organisée au nord de Clamecy tombe par la manœuvre, sous la menace d’un enveloppement par la gauche. L’affaire a été chaude (40 tués, 120 blessés). Il reste entre nos mains 117 prisonniers, un canon de 77, 18 mitrailleuses. Le terrible coût de boutoir asséné à l’ennemi allait porter ses fruits. 
Délogé d’un point d’appui où il avait mission de tenir, constamment talonné par nos éléments avancés, le 5 septembre l’ennemi commence à battre en retraite. A 11 heures, la poursuite commence. Le 2e  bataillon prend la tête et progresse, en direction de Margival. A 13 heures, il atteint, à travers un violent barrage ennemi, la vallée Margival-Montgarni ; sur la route, des centaines de cadavres de chevaux pourrissent au soleil, de nombreuses voitures gisent dans le fossé. Sans trêve, le commandant COQUET pousse en avant. A 17 heures, il est aux lisières est du bois de Laffaux. A 19 heures, il occupe Laffaux avec le 3e  R.I.. Il pousse jusqu’aux lisières nord du village tandis que la 3e  R.I. tient la lisière est.  A 20 heures il est gravement blessé ainsi que son commandant de compagnie de mitrailleuses, le lieutenant HUBERT. L’adjudant de bataillon RIVOIRE est tué. Le 1er bataillon, qui suit en soutien, s’établit à 18 heures 30 sur la voie ferrée à l’est et au nord de Margival. Le 3e  bataillon, jusque là en réserve, mais dont les compagnies successivement poussées suivaient de très près le mouvement, prêtes à l’appuyer, prend position sur les pentes du bois entre le plateau de Laffaux et la route Laffaux-Margival. Cette progression, effectuée dans un terrain accidenté, très difficile, succédant à deux journées de bataille très rudes a été extrêmement pénible pour les mitrailleurs et les servants du canon de 37 qui durent porter à dos, au cours de cette avance de 5 kilomètres, sous le feu ennemi, tout leur matériel. Mais il faut talonner sans trêve l’ennemi. 
Le lendemain, 6 septembre, le 3e  bataillon est chargé de mener une attaque brusquée, en liaison avec le 3e R.I., sur les nouvelles positions ennemies. A 15 heures, après une hâtive préparation d’artillerie, le bataillon se lance à l’assaut avec sa fougue coutumière, la 10e  compagnie en tête, suivie par la 11e  ; la 9e  est en réserve. Sur ce billard du plateau de Laffaux, lacets inextricables de tranchées et de réseaux, nos vagues d’assaut sont fauchées par des rafales de mitrailleuses, invisibles dans les hautes herbes. Le capitaine MOLEUR tombe foudroyé d’une balle à la tête; les lieutenants GOUT, MALLET, VIAN sont blessés. Il ne reste plus qu’un officier par compagnie. Décimées, mais animées par l’ardeur des chefs qui restent, les 10e ,11e, et C.M. poussent en avant, brisent la résistance des détachements boches qui se battent avec courage et enlèvent les tranchées du Grappin (partie sud-est). Journée terrible pour le bataillon. En une demi-heure, il avait eu 4 officiers et 90 hommes hors de combat. La conquête définitive de la tranchée du Grappin, indispensable comme base de départ pour des opérations ultérieures, ne fut réalisée que le 9 septembre, après des combats locaux à la grenade extrêmement acharnés, menés par le 3e bataillon (capitaine ESCURSAN) et où se distinguèrent la 5e compagnie (lieutenant CESARI) et la 6e  compagnie (lieutenant AGON).


Histo1Histo2Laffaux 

L'histoire de Pierre, Cécile et Jean

Cette histoire à déjà fait l'objet d'un billet ici même,
je le republie.

 

Trois jeunes gens de Saissac ...
 

... dans la tourmente de la guerre.


Scan0001Jean cecile et pierre

pujol jean

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.


 

Ce blog est la suite de
Saissac d'Antan !

Celui ci est toujours accessible sur
http://saissac.e-monsite.com/

Afin de continuer ce devoir de mémoire,
Saissac d'Antan
recherche tout document papier ou photo
concernant la longue histoire de Saissac
et de ses habitants.

Ceux ci seront scannés et restitués aussitôt !
 

Contact au:
fantin.erick@Bbox.fr

×