Petits métiers à Saissac - Le « Cadièraïre »


Vittorio Manfroi 


Il avait une belle tête, avec des méplats pleins de force et ce sourire ou plutôt ce demi sourire entre la terre et le ciel. On sentait en lui, une conscience drue, une paix formelle. D'un œil brave, plein de soi, il contemple la paille dure et vraie. Il s'installe sans façons dans son petit atelier, d'où l'on voit un admirable vallon, qui a la forme des oeuvres de Dieu, et là, assis sur un tabouret qu'il a lui-même tressé, avec ses mains, il s'attelle à la chaise encore inachevée, et l'on voit tandis que des abeilles plantent des ailes sur son béret et que les mésanges affolent les lauriers, on voit sa main tresser et entrelacer les fines tiges, ou "planer" pour façonner une chaise.
...


Capture plein ecran 25112017 081611

...
Vittorio Manfroi est né le 17 avril 1905 à Tallon, petit village près de la Piave, près de Venise. Il fut un valeureux combattant de 14/18, et ne manquait pas à chaque 11 Novembre de venir défiler avec une belle brochette de décorations qu'il accrochait fièrement au revers de sa veste. Il arrive à Saissac le 10 février 1924; avec sa femme Santina et ses deux filles Anna et Antoinette et s'installe comme artisan-chaisier.
Il travaille pendant quelque temps, dans les années 30 à la coopérative laitière où il était chargé de l'entrepôt frigorifique, toujours chaudement emmitouflé dans une vaste écharpe, il passait constamment du chaud au froid. Les italiens Zambelli et Lazzarini, préparaient les réputés fromages "Prodolone" et "Moun Pais"  imité de l'italien "Paese". Le jeune Odilio Lucarelli, les chauffeurs André Allaux, Ernest Bach et Guilhem et la jeune secrétaire Suzette Albouze, y travaillaient aussi, Puis pendant la guerre, il est embauché dans les métairies. Mais en fait il était surtout et longtemps exclusivement chaisier et rempailleur.

Un personnage pittoresque
Grimpé sur son vélo, il parcourait la région, allant proposer ses services un peu partout Dans certaines fermes il restait plusieurs jours pour rénover les sièges de paille qui s'usaient vite. L'ouvrage ne manquait pas. Il avait confectionné une hotte faite d'une chaise retournée, et sur son dos il transportait ainsi les cadres de bois, la paille était placée, bien étalée sur le cadre et les outils rangés sur le porte bagages. Ainsi équipé il cheminait lentement et chacun se souvient de cette silhouette singuliers et originale. 
Toujours, ficelé d'insolentes loques, pantalon de velours et gilet avec la grosse montre de gousset, avec dans le coin de l'oeil cette mélancolie en coulisse, cet éclat dans le regard, une peau trop mûre, parsemée de couperose, sur un visage qui s'allonge, un oeil émerilloné, l'hilarité du rire, le coeur content, l'allure du béret, la moustache gauloise.
Le vin est le plus antique compagnon de l'homme, Vittorio, il faut bien le dire, avait un penchant pour la dive bouteille. Un jour remontant, avec une bonbonne, il glissa et cassa le récipient, "pour la bonbonne, rai, dit-il, mais perdre tant de bon vin, qué disgrazia".
C'était un excellent bouliste, après son travail, il venait faire une partie de « boccias » derrière la mairie, dès que j'arrivais il m'invitait à prendre sa place, sachant que je n'avais guère le temps de jouer aux boules et que souvent je ne pouvais finir la partie en raison d'une urgence.

Jean Michel

Le « Cadièraïre » vittorio

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.


 

Ce blog est la suite de
Saissac d'Antan !

Celui ci est toujours accessible sur
http://saissac.e-monsite.com/

Afin de continuer ce devoir de mémoire,
Saissac d'Antan
recherche tout document papier ou photo
concernant la longue histoire de Saissac
et de ses habitants.

Ceux ci seront scannés et restitués aussitôt !
 

Contact au:
fantin.erick@Bbox.fr

×